LE CRI EST MUET

De 2015 à 2017, les Têtes à cri que je dessinais avaient une bouche. Béante et distordue. Elle représentait l’idée qu’on se fait du cri de la même façon que le bleu représente l’idée qu’on se fait du ciel.

Mais le cri ne déchire pas l’air, il nous déchire. Il crée en nous cette trouée qui devient chambre d’écho de l’indicible.

Le cri est clos, il existe au revers de soi et n’ouvre qu’à l’intérieur cet espace dangereux qui rend plus sensible encore la distance au monde.

Le cri sépare. Il scelle les lèvres et le regard. Le visage devient mur et derrière ce mur, parfois, se tient un autre mur.

Le cri est forcément muet, il nous fige.


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square